Parc régional de matériel (ARDT)

Le parc régional de matériel scénique a été mis en place en 1984, il y a 27 ans. Subventionné par le seul Conseil Régional, ce dernier a, en 2010, voulu s’en défaire d’une manière peu orthodoxe en programmant la dissolution de l’association porteuse du projet (Association Régionale de Diffusion Technique) quelques jours avant Noël.

Le Couac a dénoncé la méthode et tenté, avec d’autres, d’alerter sur la nécessité de trouver une solution de financement pérenne, associant d’autres collectivités partenaires...

Les mois ont passé, et malgré plusieurs lettres d’intention de collectivités territoriales (au premier rang desquelles, la CUGT, qui par son Président, s’est dit "favorable à ce qu’une réflexion puisse s’engager avec les partenaires publics et les usagers professionnels sur les conditions d’un maintien d’un service public de prêt de matériel scénique et sur les formes qu’il pourrait prendre"), le parc de matériel de l’ARDT a finalement été mis aux enchères, le 15 novembre dernier.

Sauf que les enchères ne se sont pas déroulées comme prévu...



>
L'ARDT (pas encore) vendue aux enchères !
>>> DERNIERE MINUTE >>> La mobilisation de ce jour de nombreux acteurs venus assister aux enchères, convaincus de la nécessité de défendre un tel...
mercredi 16 novembre


Sursis pour le parc matériel de l'ARDT
Mardi 15 novembre, la vente aux enchères du matériel scénique de l’ARDT n’a pas eu lieu. Beaucoup étaient venus pour voir et/ou acheter, certains de...
jeudi 17 novembre


Plus que quelques jours pour sauver le parc régional de matériel scénique
Suite au rassemblement de mardi 15 novembre devant la médiathèque José Cabanis, un nouveau rendez-vous a été fixé avec la CUGT, vendredi 25 à 14h30....
mercredi 23 novembre


Démantèlement de l'ARDT : quels impacts chez vous ?
Depuis le 15 novembre et l’annulation - provisoire - de la vente aux enchères du parc de matériel scénique de l’ARDT, le Couac a mis en place un...
lundi 28 novembre


Parc de matériel scénique : la Région vend le bien public
Ce n’est même pas une privatisation, puisqu’il n’y aura aucun repreneur de l’activité en tant que telle. C’est une dilapidation, une vente aux enchères...
vendredi 2 décembre