Accueil du site > Couac’othèque > Parutions > Kiosque > La Lettre du Spectacle > Arbitrages budgétaires : le ministère appréciera "au cas par cas"




Enregistrer au format PDF
le 4/12/2007

Arbitrages budgétaires : le ministère appréciera "au cas par cas"

LLDS #196
La Lettre du Spectacle du 20/11/2007


Qui supportera les baisses des crédits d’Etat ? Contraint à revoir ses arbitrages, la rue de Valois s’emploie à désamorcer les protestations.






"Le coup de froid soufflé par Bercy fin octobre a suscité une riposte rapide et unitaire des syndicats d’employeurs du spectacle vivant. La phase actuelle d’analyses régionales "au cas par cas" (au niveau des DRAC) peut être interprétée comme une façon d’éviter dans la culture ce qui s’est passé pour la justice...". Est-ce à dire que "celui qui criera le plus fort ou aura le plus d’appuis politiques sera protégé ?" demande Yves Pérennou. On peut le craindre lorsqu’on apprend que le "sauvetage" de l’Opéra de Tours est du à une intervention de RDDV. "Les revendications financières des employeurs du spectacle vivant se résument à une cinquantaine de millions d’euros", écrit encore Y. Pérennou. Une paille, comparé aux plans d’aide débloqués récemment dans d’autres secteurs. Encore faut-il qu’elle puisse "se justifier politiquement". Un Grenelle pour la culture ?

Dans l’actualité
- Un Grenelle de la culture a-t-il une chance ?
Lancée par la Fédération des employeurs du spectacle, l’idée rencontre peu d’écho dans d’autres secteurs de la vie culturelle.
Pour François Le Pillouër, ce Grenelle servirait à reconnaître, à nouveau officiellement, le rôle de la création contemporaine comme garde-fou d’une société livrée à une dérive des valeurs causée par l’ultralibéralisme. Sur ce terrain, écrit Y. Pérennou, tout le monde ne le suivra pas. Grenelle ou grande conférence sur la politique culturelle ? La question n’est pas résolue car les différents secteurs (spectacle vivant, audiovisuel, cinéma, arts plastiques...) sont sur des demandes et des enjeux sensiblement différents, mais peut-être pas divergeant. Quant aux collectivités locales, elles en appellent à "une nouvelle gouvernance territoriale qui permette d’élaborer une relation plus équilibrée d’une part, entre l’Etat et les collectivités et, de l’autre, entre Paris et la province" (Michel Destot, président de l’Association des maires des grandes villes de France).

- Les salles franciliennes touchées par les grèves
La grève à la RATP a perturbé les fréquentations de certains théâtres en banlieue. A l’Opéra de Paris, le manque à gagner frôle les 3 millions d’euros.

- Un nouveau cap pour le CND
Monique Barbaroux et Jean-Marc Granet-Bouffartigue, les nouveaux directeurs du Centre national de la danse, dévoilent leurs projets.

- Censure et isolement en Biélorussie
L’auteur Pavel Rassolko décrit les difficultés du théâtre indépendant biélorusse.

- A Calais, la nouvelle dimension du Channel
La scène nationale de Calais inaugure le 2 décembre un nouveau terrain de jeu de 14.000 m2, aménagé par Patrick Bouchain et François Delarozière.

Spéciales municipales
- Marseille cherche encore à rassembler
Accusée d’immobilisme en matière culturelle, la municipalité marseillaise à majorité UMP défend son action en faveur du spectacle vivant, chiffres à l’appui. La candidature au titre de capitale européenne de la culture 2013 a suscité un travail d’évaluation qui alimentera le débat. Le soutien de la Région et du Département à cette candidature, deux assemblées à majorité socialiste, ont bousculé le traditionnel "chacun pour soi". Marseille, riche d’associations et de lieux dans les quartiers, tient là l’occasion de dépasser les vieilles rivalités régionales...

Le dossier de LLDS revient sur les lieux et événements emblématiques, l’aide aux artistes, l’action culturelle, les moyens financiers (le budget culture représente 7% du budget municipal), les projets... L’opposition note quant à elle un "écart entre le discours et l’action"...

Ils ont dit
Jack Ralite : Le sénateur communiste dénonce dans l’Humanité du 23 novembre la baisse des aides de l’Etat en finissant par ces mots : "Ce n’est plus un simulacre, c’est le début d’un massacre".

Thierry Lorent, président de la Fédération nationale des Arts de la rue, lors des journées nationales organisées à Toulouse : "Le Temps des arts de la rue a favorisé des consolidations et des développements attendus par la profession [...] Il y a encore trop peu de compagnies conventionnées et de lieux de fabrique partagés correctement soutenus pour que nous puissions offrir l’accès à nos formes artistiques à tous".



  • La Lettre du Spectacle

  • Le Jurisculture

  • Archives

La Lettre du Spectacle

Théâtre, musique, danse, arts de la rue, cirque... Chaque quinzaine, La Lettre du Spectacle vous permet d’être au cœur de l’actualité des professionnels du spectacle vivant : « vie du spectacle », politiques culturelles, nominations, projets, fréquentations, portraits, international, initiatives, lieux, productions...


http://www.profession (...)