Enregistrer au format PDF
le 5/05/2008 par Couac

Enquête de Couac

Document de travail
Note d’intention comme préalable au lancement d’une enquête sur la « ressource culture » à l’échelle du Grand Toulouse (2)


Le Couac, Collectif Urgence d’Acteurs Culturels, est depuis son origine, depuis sa création proche de la question de la "ressource".

Pour lire la première partie de cette note intitulée "Ressource culture" et culture de la ressource, cliquez ici






Le Couac a été fondé d’abord sur un constat. Qui dit constat, dit observation et analyse. On peut ici rappeler les missions du collectif telles qu’elles sont décrites dans les statuts de l’association... « Fondée sur le constat qu’il n’y avait pas dans l’agglomération toulousaine, de lieu de réflexion et de coordination, ni d’outil de proposition en matière de développement de la politique culturelle dans les champs non couverts et pris en charge par l’institution, l’association le Couac s’engage sur 4 axes de réflexion et d’action : - la proximité, l’accessibilité, la démocratie de la culture et de l’acte artistique ; - la reconnaissance de la culture en tant que service d’utilité publique et la défense de sa dimension non marchande ; - l’ouverture de lieux, de création, de diffusion, de formation et d’échanges ; - la redéfinition du rapport des institutions aux acteurs culturels. »

Observation et analyse : ces deux temps ne résument pas toute l’activité du Couac mais placent d’emblée les acteurs culturels qui s’investissent dans le collectif dans une certaine posture qui les amène à être coresponsables de l’information, de sa transmission, de son partage, mais aussi en terme d’accompagnement, attentifs aux aventures qui s’écrivent ou tentent de s’écrire sur le territoire de l’agglomération toulousaine et au-delà et donc, également, d’être partie prenante de ce développement culturel territorial. Cette posture est ce que l’on pourrait appeler une « culture de la ressource ». Observation, analyse, transmission et action : on est bien au Couac dans l’idée et dans la volonté de « faire ensemble », et notre travail au quotidien consiste avant tout à chercher comment rendre aussi concret que possible ce « faire ensemble », pour ne pas se suffire de la formule et de cette intention mais bien pour la rendre opérante.

Un « faire ensemble » qui s’appuie sur l’existant, sur ce que chacun est en mesure d’apporter et de mettre au pot commun...

Depuis quelques années la question se pose pour un certain nombre d’acteurs culturels membres du collectif du développement d’un pôle ressource intégré à l’activité de la structure. C’est le cas notamment pour Samba Résille, Ecole de Samba et Centre d’Initiatives Culturelles et Citoyennes, les Musicophages avec la médiathèque associative, Mix’Art Myrys, collectif d’artistes pluri et transdisciplinaire autogéré, l’Usine (lieu conventionné dédié aux Arts de la rue), la Grainerie (Fabrique des arts du cirque), la Comèdia Occitania Tolzana (compagnie de théâtre), l’Apiamp (association des Producteurs indépendants audiovisuels de Midi-Pyrénées), Music’Halle (Ecole des Musiques Vivantes, Centre info jazz)... Ces différents acteurs se sont réunis et ont présenté l’état d’avancement de leur projet. Pour toutes les raisons que nous avons déjà évoquées, pour des raisons liées au développement de leur structure, que cette dimension « ressource » ait été pensée dès l’origine de sa création ou bien plus tardivement, tous les acteurs qui souhaitent s’y investir ont trouvé intéressant de partager ces problématiques et de les passer au tamis de la discussion et de la critique. C’est en ce sens que s’est constituée très rapidement une commission « ressources » à l’intérieur du collectif, réunissant des acteurs culturels de profils divers, agissant dans des disciplines différentes, structures toulousaines et de l’agglomération, personnes intéressées par ces problématiques...

Evidemment, les questions qui se posent ou qui doivent se poser selon nous, lorsque l’on est porteur de ce type de projet sur un territoire, sont nombreuses : qu’entend-on par « information-ressource » ? quelle est son organisation existante ? que met-on à disposition des publics ? comment évaluer son action ? comment appréhender son évolution ? etc... Il y a aussi dans cette commission Ressources et au Couac plus largement un certain nombre de personnes qui sont, encore une fois dans cette posture, de transmission, d’accompagnement, de conseil sans pour autant avoir le projet de développer un centre ressources, mais qui ont cette attention, cette écoute, cette disponibilité pour pouvoir recueillir et identifier des demandes diverses et qui essaient également d’évaluer les écarts entre les objectifs identifiés de la personne et les résultats finalement obtenus..., ce qui s’appelle un suivi.

Dans le dialogue que nous avons pu instaurer entre nous et entre les collectivités, dialogue qui est nourri bien entendu par les nombreux échanges que les membres du Couac ont avec leurs publics, amateurs, professionnels, étudiants, futurs professionnels, etc..., nous constatons une réelle difficulté pour les uns comme pour les autres d’avoir une lecture claire de ce qui se passe sur ce territoire. Qui fait quoi sur le Grand Toulouse ? Qui est en mesure d’apporter quel type d’information ? Qui fait de l’accompagnement ? De quel accompagnement s’agit-il ? Où commence-t-il et où finit-il ? Qui finance qui ? Pour quels résultats ? etc... Une réponse attendue serait que vu la « richesse » ou « l’effervescence » culturelle de cette ville ou de cette agglomération, toute personne en attente d’être informée, formée, orientée, conseillée et accompagnée dans sa recherche en matière culturelle « au sens large » devrait savoir à qui s’adresser... On en est loin.

L’objectif est donc de réaliser une enquête qui permette de dégager une vision commune (même si elle est plurielle) de ce qu’est la ressource, de ce qu’elle représente et nécessite en terme de moyens (humains, immatériels et matériels). D’après les premiers retours que nous avons pu avoir dans la préparation d’un premier questionnaire, ni les professionnels du secteur, ni les financeurs actuels, ni a fortiori les publics n’ont à leur disposition ces éléments d’information. C’est donc là-dessus que nous devons travailler.
En fonction des résultats collectés et de l’analyse qui pourra en être faite, la commission Ressources s’attachera à émettre un certain nombre de préconisations.

Le fait qu’un acteur important des Musiques Actuelles comme les Musicophages s’active à l’intérieur de la commission Ressources du Couac ne veut cependant pas dire que notre travail concerne uniquement ce champ très important des Musiques Actuelles. La « pluri » et la « trans » disciplinarité sont un axe sur lequel nous sommes investis, de manière naturelle, par la composition pluridisciplinaire du Couac, mais aussi par la volonté, à travers ce travail d’enquête de porter notre regard sur un ensemble forcément pluriel d’acteurs culturels du territoire, embrassant des structures très diverses, agissant dans plusieurs disciplines et qui développent des travaux multiformes. Il ne s’agit en aucun cas d’une exception toulousaine. Il est assez facile de constater très largement cette hybridation toujours plus importante des formes, des disciplines, des propos artistiques... dans le monde de l’art et de la culture. Et pour reprendre un terme cher à Nicolas Bordes, il va s’agir de convaincre nos différents partenaires de l’importance de cette « charnière » que constitue la fonction ressource, et de s’adosser à une méthodologie d’enquête assez inédite...



  • Musiques Actuelles

  • Ressources

  • Acteurs de l'audiovisuel

  • Théâtres

Réseau Ressources Musiques Actuelles

Soucieux de faire (re)connaître leur métier, un certain nombre de structures de diffusion, d’accompagnement, centres d’informations, etc. de musiques actuelles ont constitué un groupe de travail permanent afin de mutualiser leurs compétences, leur réflexion et en faciliter la circulation. Une analyse qui a amené à diagnostiquer de nombreux questionnements quant au développement de l’information et de la ressource au service des Musiques Actuelles. A lire : le document cadre "La ressource au service des musiques actuelles"


http://www.reseauress (...)