Enregistrer au format PDF
le 3/03/2008 par Music’Halle

Pour un débat sur la culture à Toulouse

contribution
proposition de Music’Halle aux candidats à l’élection municipale de mars 2008





Avec l’installation d’une nouvelle équipe municipale, et de quelques nouveaux élus, nous avons senti dans Toulouse et son agglomération une tentative de changement de cap pour l’action culturelle.

Parmi les moments fondateurs de cette dynamique on peut citer la grande manifestation culturelle dans les rues de Toulouse qui, avant les précédentes élections municipales, était organisée par un réseau d’acteurs qui allait se fédérer pour donner naissance par la suite au COUAC (Collectif Urgence d’Acteurs Culturels)

Prenant à l’époque la mesure du peu de reconnaissance de la ville de Toulouse pour les cultures émergentes, les musiques actuelles, les nouveaux territoires de l’art, les élu(e)s à la culture de la ville et de la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse (CAGT) ont engagé des consultations, ont programmé de nouvelles aides, investissement et fonctionnement, en direction des compagnies, des associations, des porteurs de projets dans ces domaines : L’Usine, La Grainerie, Mix’Art Myris, Music’Halle (projet Ernest Renan et JOB), Tackticollectif, Théâtre 2 l’Acte etc.… ; pour n’en citer que quelques uns. Mais, nous n’en sommes qu’aux débuts, il manque une réelle ambition pour l’Art et la Culture, adossée à une volonté politique, partagée par l’ensemble des collectivités territoriales.

NOUS, VOUS…

Nous ne sommes pas des élus, nous ne sommes membres d’aucun parti. Notre seul parti pris est celui de l’Art et la Culture. C’est notre lieu de Militance, de Naissance, de Vie, d’Action, de Projection vers le futur. Notre appel est aujourd’hui le suivant :

Nous avons besoin de vous pour la gouvernance,

comme vous avez besoin de nous pour créer de nouvelles œuvres, pour transmettre et animer les pratiques et les enseignements artistiques. comme nous avons besoin de la relation au public pour que nos actions, vos actions, nos projets, vos projets s’ancrent dans une réalité et des lieux vivants.

« Rendre la culture au Peuple et le Peuple à la culture… » clamait le manifeste fondateur des idées de Peuple et Culture en 1945 au sortir de la guerre et de la Résistance, aujourd’hui nous pourrions dire :
Redonnons du sens à une culture commune, à une vie culturelle exigeante, insoumise, visionnaire, turbulente, contemporaine, rayonnante avec, et pour, nos concitoyens, ceux de tous les quartiers de la ville et des villes aux alentours…

REDONNONS DU SENS A UNE CULTURE COMMUNE

Redonnons sens à un vrai projet culturel pour Toulouse qui ne peut vivre que de sang mêlé, qui ne peut respirer que par une fraternité de travail, une ambition et des valeurs communes fondées sur la conversation construite entre les acteurs culturels, associatifs et institutionnels.

Ainsi des féodalités du passé où chacun a su se déployer corps et âme pour exister encore, avec peu ou pas d’aide publique, nous passerions à un projet fédérateur organisant nos chantiers en interaction avec les uns, avec les autres.

Partons s’il le faut, « des assises communales de la culture » : encore faut-il être attentif à la méthode, aux objectifs et sur la définition partagée du fait culturel, bien sûr. Ce que nous entendons et attendons, ce sont des assises de la culture réellement constructives, pas des grandes messes avec des lendemains qui chantent…….faux.

C’est grâce aux enseignements du théâtre, de la danse, des arts plastiques, de la musique, à nos liens avec la recherche et les nouvelles technologies, grâce également à la poésie, grâce aux interstices, aux croisements subtils entre ces disciplines que nous devrions retrouver cette unité plurielle, décentralisée, multipolaire, irradiante qui parle d’une civilisation où les hommes sont en paix avec eux-mêmes, avec les autres, avec tous les peuples…

ON ATTEND TOULOUSE

Le nouveau mandat municipal (2008-2014) et symboliquement le projet Toulouse capitale Européenne de la Culture en 2013, devraient être pour nos réseaux d’acteurs l’occasion de valoriser nos projets à partir de nos ressources en y mettant les moyens qui nous ont longtemps fait défaut. Ils devraient nous permettre d’impliquer les populations, de la périphérie au centre des territoires, de la région à l’Europe, en aller et retour toujours… Les chemins de traverse, de partage et de connexion ne manquent pas avec les capitales de l’Espagne, de l’Italie, celles de l’Afrique ou du bassin méditerranéen.

Nous sommes attendus dans le « spectacle du monde ». Soyons en effet persuadés que nos joutes verbales, nos slams et nos tchatches - notre ville est capitale du verbe et de la controverse - sauront montrer et porter haut le chant des cultures métissées, de l’ouverture à l’autre, « du paratge » hérité de l’Occitanie, sans quoi nous serions une civilisation déclinante, une langue et une culture qui se meurent.

10 PROPOSITIONS

C’est très simple : il s’agit de continuer le chemin que nous avons tracé au départ de nos utopies prospectives en mettant à profit cette endurance acquise en marchant. Et dès lors nous apportons déjà quelques pistes de réflexions :

1. Penser la culture, ses actions et ses équipements dans leur maillage dans leurs interactions entre eux, et avec le public, sur le territoire de la commune, et ceux de l’intercommunalité, dans leurs liens avec les autres collectivités territoriales.

2. Créer un véritable Conseil Communal des Arts et de la Culture, dans ses trois dimensions de création, de formation et de diffusion. Le rôle de ce grand conseil serait de trouver les moyens d’agir, d’évaluer et de structurer le travail et les politiques de l’art et de la culture dans la ville.

On y retrouverait :
- Les grandes compagnies et les grands ensembles artistiques : orchestre, chœurs, compagnie,… les représentants des établissements : théâtre, conservatoire, Beaux Arts, Ecole d’Architecture, Ecole d’Enseignement Artistique : théâtre, danse, musique, cirque,
- Les artistes et les organisations qui les représentent,
- Les acteurs associatifs et réseaux culturels des événements et festivals,
- Les lieux de diffusion, de répétitions, de résidence, de fabrique, d’animation,
- Les lieux du secteur de l’animation sociale et culturelle.

Egalement, une coordination des différents responsables des équipements, des centres culturels, et de l’animation socio-culturelle de la ville, pour veiller à une harmonisation et à une égalité d’accès, de traitement, d’offre et de circulation des actions culturelles dans tous les quartiers de la ville.

3. Aider l’emploi culturel, celui des artistes mais aussi celui des médiateurs, acteurs culturels, administrateurs...

4. Soutenir l’offre de lieux de pratiques artistiques encadrés par des artistes ou précisément par des professionnels de la culture et les répartir sur tous les territoires de la commune.

5. Réorganiser la filière d’enseignement artistique au moment où de nouvelles lois de décentralisation organisent les compétences des collectivités territoriales dans le spectacle vivant. Favoriser le maillage entre les différents établissements et centres de formation, de la formation initiale aux centres spécialisés jusqu’à l’université et à la recherche.

6. Présenter une évaluation précise concernant les événements culturels de grande envergure notamment Marathon des mots, Printemps de Septembre, Rio Loco, au regard de l’emploi des subventions de la ville mais aussi des revenus du mécénat, des différents sponsors, des produits dérivés, de l’économie induite….

7. Réunir, au vu du bilan artistique et de la fréquentation, les acteurs pour discuter de l’opportunité d’investir sur des événements d’une telle ampleur, mais aussi de la pertinence d’en créer de nouveaux.

8. Après avoir fait postuler des équipes artistiques pluridisciplinaires (musiques actuelles, hip hop, danse, théâtre, arts plastiques etc.…) dans le cadre d’un appel d’offre, la ville de Toulouse a aménagé deux « friches culturelles » dans les quartiers Borderouge - Izard et St Simon, en faisant des investissements importants notamment pour du matériel d’enregistrement et pour les musiques assistées par ordinateur (informatique musicale). Là aussi, il s’agirait d’aller plus loin en donnant également des moyens financiers pour assurer l’accompagnement et la résidence de groupes de musique et conforter les différentes missions confiées aux équipes artistiques… Si cela devait devenir un modèle de nouvelles activités culturelles, comment, en partant du bilan de ses friches culturelles, pourrait-on faire bénéficier d’autres lieux de ces expériences ?

9. Nous avons été invités à la mise en débat d’une future scène pour les musiques actuelles (SMAC). Là aussi, ce projet d’un nouveau lieu de diffusion installé en ville sur le site de l’ancien Cinéma des Nouveautés ne constitue pas l’alpha et l’oméga de tout ce que le secteur des musiques actuelles attend comme signe politique fort pour son avenir. Il serait important de se reposer toutes les questions d’opportunité, d’ambition, de contenu de projet, de maillage par rapport à l’existant. Il faudrait continuer de mettre en débat avec les acteurs du secteur, la pertinence d’un lieu de diffusion plutôt que des lieux de pratique, de répétition, de ressources en périphérie au centre de la ville ou ailleurs…

10. Aider « les petits » lieux de diffusion que sont les scènes de proximité, de découvertes et souvent de défense de vrais projets artistiques : améliorer les conditions d’accueil du public et des artistes et favoriser une mise en réseau, une mise aux normes et la rémunération des artistes qui s’y produisent.

RETOUR AU SENS

Mais on l’aura compris, pour que tout cela puisse voir le jour : il faut bien sûr et au préalable se mettre d’accord sur le projet que nous voulons porter pour la culture dans la quatrième ville de France.

A partir de la mise en commun entre élus et acteurs de ces ambitions, tout en veillant à la liberté absolue de l’art et de la culture, nous relèverons le défi de rédiger une sorte de charte, de manifeste, de discours de la méthode de notre vision pour un projet culturel d’avenir qui puisse conjuguer harmonieusement : éthique, politique et poétique de l’art et de la culture…

Association Music’Halle
À TOULOUSE, le 22 février 2008



  • Présidentielles et législatives 2007

  • veille politico-culturelle

  • Municipales Toulouse 2008

  • Elections régionales 2010

  • • Info/veille mouvement social •

  • Elections 2012 • Culture/Politique

Debout ! - La gauche qui ne renonce pas

Debout ? > Liste présentée par la LCR, les Motivé-e-s et l’Appel pour une unité antilibérale > Programme > Soutien > Actu > Emploi et services publics > Logement pour tous > Transports collectifs, publics, gratuits > Eau = service public ! > Revue de presse


http://debout2008.org (...)


Jean-Luc Forget - Toulouse Autrement

Le blog > Projet (transports et mobilité, vie urbaine, ambition et Europe, solidarité) > Soutiens > Agenda
Directeur de la publication : Jean-Luc Forget


http://www.jl-forget. (...)


Jean-Luc Moudenc - Toulouse pour tous !

Jean-Luc Moudenc > La Campagne au quotidien > Une ambition > Agenda de campagne > Actualités
Directrice de publication : Marie-France Pascal


http://www.moudenc200 (...)


l’autre liste - solidarité, altermondialisme, écologie

Agenda > Le programme (Les urgences sociales, Les discriminations, Le cadre de vie et l’urgence écologique, Démocratie citoyenne, Une renaissance culturelle) > A lire > Liens...


http://l-autre-liste. (...)


Pierre Cohen - Des idées neuves pour vivre ensemble

Dialogue, Audace, Proximité > 4 ambitions pour Toulouse > L’Equipe > Le projet > Dates des réunions publiques...
Directeur de publication : Pierre Cohen


http://www.pierrecohe (...)