Accueil du site > Couac’othèque > Dossiers / Archives > Nouveaux territoires de l’Art > Revue de presse/contributions sur les Nouveaux Territoires de (...)




Enregistrer au format PDF
le 24/05/2006

Revue de presse/contributions sur les Nouveaux Territoires de l'Art

sélection d’articles
recensées au grès des butinages électroniques


Sont ici répertoriés des références d’articles (provenant majoritairement de sites de presse en ligne) en lien avec la thématique générale des nouveaux territoires de l’art, quelle que soit la terminologie adoptée : friches, espaces intermédiaires, espaces-projets, lieux de fabrique, etc...

A noter qu’un ensemble de contributions qui ont été adressées par les intervenants et les participants aux Rencontres "Nouveaux Territoires de l’Art" (témoignages, points de vue, articles, textes problématiques des ateliers) sont accessibles directement sur le site de la Friche la Belle de Mai.






La France des friches et des fabriques - 19 juin 2001
Jacques Moran L’Humanité
Michel Duffour rend public aujourd’hui le rapport de Fabrice Lextrait sur les lieux intermédiaires, ces creusets de nouvelles pratiques culturelles et artistiques.
Lire la suite sur le site de l’Humanité

MÉLANGE DES DISCIPLINES ET DES STYLES ARTISTIQUES - octobre 2001
Espaces en friche, culture vivante - Fabrice Raffin
Dans de nombreuses villes d’Europe, quadrillées par les aménageurs, de petits groupes d’individus avides d’innovation culturelle entendent échapper au formatage des industries comme des institutions. S’étant emparés des seuls espaces laissés vacants, les friches industrielles ou marchandes, les casernes et les hôpitaux désaffectés, ils substituent des logiques de participation et d’engagement aux logiques de consommation et de contemplation culturelle, toutes deux marquées par une certaine passivité. Les oeuvres et les spectacles révèlent préoccupations sociales, intentions politiques et dimension festive.
Lire la suite de cet article sur le site du Monde Diplomatique.

Nouveaux territoires de l’art et nouveaux modes de gestion de la culture : L’exemple de la Friche la Belle de Mai à Marseille (France) et de la Kaapelitehdas à Helsinki (Finlande) - Université Lumière Lyon 2 I.E.P. de Lyon - Isabelle Lagadrillière 2001-2002
Ce mémoire a pour objectif de présenter deux « nouveaux territoires de l’art » particuliers par leur structure, leur mode de gestion, leur organisation : il s’agit de la Friche la Belle de Mai à Marseille et de la Kaapelitehdas à Helsinki. Par la présentation générale de lieux alternatifs de la culture et de l’art, nous essayons de dresser un tableau, bien sûr non exhaustif mais représentatif, des différentes possibilités d’organisation qui existent. Ensuite, par l’analyse de l’identité des friches d’étude, nous tentons de clarifier le lien qui existe entre les concepts qui les régissent et les organisations gestionnaires choisies, à savoir une association Loi 1901 pour la friche française et une société immobilière anonyme pour la friche finlandaise. Il semblerait en effet que la structure et le fonctionnement choisis répondent ou tentent de répondre adéquatement aux idéaux et aux prérogatives des deux lieux, tout en s’adaptant à leur évolution.
Le mémoire d’Isabelle Lagadrillière en texte intégral sur le site de l’IEP de Lyon

Les mondes oubliés de l’art et de la culture impliqués - automne 2002
La multiplication de pratiques et d’initiatives privées à l’écart des institutions ou du marché de la culture bouleverse aujourd’hui la tranquillité établie, quasi-routinière, du paysage culturel contemporain. Ce phénomène est tout à fait observable du côté des squats ou de collectifs qui réinvestissent d’anciens sites marchands ou industriels, mais aussi de pratiques culturelles en apparence bien différentes, comme les courants musicaux liés à la Techno ou au Hip-hop. Cet ensemble de tendances ont en commun de réinterroger le sens des pratiques et des actions culturelles mais aussi, le statut des productions esthétiques qui les fondent et le rapport que les publics développent à leur contact et plus largement, leurs sens sociaux. Si ces pratiques concernent de nombreuses jeunes populations, elles ne s’y limitent pas et ce sont plutôt les termes d’une tendance culturelle générale que cet article propose d’analyser.
La suite sur le site www.fabrice-raffin.com

Des friches dans les friches - Franck Bitemo, Opérateur culturel, centre de ressources professionnelles pour la Culture et les Arts. - 5 mars 2002
Les nouveaux territoires de l’art fleurissent aussi dans les mégalopoles d’Afrique et d’Amérique du Sud.
Les nouveaux territoires de l’art fêtés lors de la rencontre internationale de Marseille les 14, 15 et 16 février derniers à Marseille vivent leur mue. Consacrés en France, ils luttent pour leur survie dans de nombreux pays où l’art et l’action culturelle sont le fait d’acteurs indépendants. L’Afrique a dit le Malien Simon Njami de la Revue noire à Marseille " est une friche " : " Quand on est créateur on n’a pas besoin de s’opposer à l’art officiel, à l’État, ils n’existent pas. Le contemporain s’invente tous les jours sous forme de chaos. " Au Brésil, le paysage n’est guère différent : " Nous sommes au premier âge culturel. Le Brésil a vécu cinquante ans de croissance économique et c’est celui où il existe la pire distribution des revenus dans le monde. L’État s’est retiré de la culture ", a dit Marco Aurélio Garcia, adjoint au maire à la Culture de Sao Paulo. Que se passe-t-il dans ces lieux où les artistes vivent et travaillent au milieu de quartiers très populaires ? Voici les exemples de Brazzaville et Rio, cités lors de la Rencontre de Marseille.
Lire la suite de l’article sur le site de l’Humanité

La refondation des nouveaux territoires de l’art - 31 janvier 2006
Politique culturelle . Un livre ainsi qu’un colloque le 6 février prochain ramènent sur la scène publique les lieux informels de création dans les villes.
Lire la suite de l’article sur le site de l’Humanité

Des friches pour la culture ? - 1er mai 2002
Christian Ruby et David Desbons - revue EspacesTemps.net
L’institution culturelle de référence est-elle en train de changer ? Alors que la période récente a vu se déployer le privilège successif des musées, à travers leur rénovation et l’ouverture de nouveaux musées, des lieux d’exposition, à travers leur transformation et l’augmentation de leur nombre, on peut s’interroger de plus en plus ouvertement sur l’impact qu’est en train d’avoir le développement des friches culturelles sur nos modèles de référence en la matière. Leur naissance fut d’abord subreptice, mais leur extension est plus remarquée. Le primat dont elles finissent par jouir auprès des médias et d’un certain public, et le souci des promoteurs des politiques publiques à leur égard, ne cessent de leur donner de l’importance. Cela ne va-t-il pas déboucher sur une inévitable réorganisation des territoires culturels ? Et sans doute sur une amplification de la signification donnée à la notion de « culture » ? Peut-être. Avant de conclure, cependant, de telle ou telle manière, faisons un tour du chantier culturel, politique, artistique et sociologique que représentent, en ce début de siècle, ces nouveaux espaces culturels qui, dans certains cas, reçoivent désormais des traitements de faveur.
Lire la suite de l’article sur le site de la revue EspacesTemps.net

De quelques enjeux des friches, squats, laboratoires et autres lieux... - Jacques Bonniel - 26 mars 2003
De " friches " en " laboratoires ", de " lieux de fabrique " en " espaces intermédiaires ", une série très large d’expériences tendant à promouvoir de nouvelles formes et modalités d’action artistique et culturelle à la croisée de l’artistique, du culturel, du social et de l’urbain s’est développée dans la plupart des pays occidentaux. Une gamme très large de questions se pose immanquablement dès que l’on commence à interroger ces expériences au regard des enjeux dont elles sont porteuses, des processus et des modes de diffusion culturelle dont elles révèlent les transformations.
La suite sur le site Artfactories

Interstices urbains temporaires, espaces interculturels en chantier, lieux de proximité - novembre 2005
Programme « Art, architecture et paysage » (Ministère de la culture et Ministère de l’équipement)
Les interstices urbains représentent en quelque sorte ce qui résiste encore, du moins temporairement, aux politiques d’aménagement : ils sont la métonymie de tout ce qui est encore non investi dans une métropole. C’est la réserve de "disponibilité" d’une ville. Leur qualité principale consiste notamment en leur résistance à l’homogénéisation et à l’appropriation définitive.
Téléchargez le document "Interstice Urbain" sur le site de l’Iscra

Un processus de réappropriation par Pascal Nicolas-Le Strat - février 2002
Notre société laisse en jachère une multitude de formes sociales : des sites industriels, bien sûr, mais également des imaginaires politiques, certaines pratiques et expériences du travail, des corps et des paroles... De la même manière que les lieux restent vides et sans emploi, les mots, eux-aussi, sont vidés de leur emploi et de leur sens. D’où ce besoin de réinvestir la parole, les corps, les imaginaires...
Peut-être que le processus d’occupation traduit une capacité politique essentielle : la capacité de se réapproprier les lieux, les imaginaires, les corps - la capacité d’investir toutes ces formes-vides-sans-emploi que la société massifiée laisse en jachère derrière elle.
Téléchargez le doc en pdf sur le site de l’ISCRA de Lyon

Friches industrielles : une renaissance culturelle et sociale/Lyne Rossi - 13 mai 2005
Le mouvement d’occupation de friches industrielles par des collectifs artistiques est porteur de nouvelles pratiques de créativité sociale. Comme le montre Lyne Rossi, adjointe au maire d’Arcueil chargée de la culture de 1995 à 2001, ces lieux révèlent les limites des approches traditionnelles de l’action culturelle, en particulier dans les villes de la banlieue rouge.
Lire la suite sur le site d’Artfactories

Art en friche - dossier sur Café Babel. - janvier 2007
Du four en fusion à l’ébullition culturelle, les chantiers de reconversion d’usines en centres artistiques fleurissent sur le Vieux continent. Budapest, Athènes ou Londres regorgent de ces friches industrielles, transformées en manufactures créatives.
- ’Documenta 12’ : dans le réseau de l’art
- Usines à culture : objectif recyclage
- La Villette : l’art pas les vaches
- Le Wiels : brassage artistique
Sommaire du dossier : http://www.cafebabel.com/fr/dossier.asp?id=359



  • Agenda 21 de la Culture

  • Intermittence

  • Décentralisation

  • Commi'Couac

  • Nouveaux territoires de l'Art

  • Loi sur les pratiques amateurs

  • Avignon

  • Le Couac aux Trans

  • Economie sociale et solidaire

  • Fin des contrats aidés ?

  • 10 ans de Couacs

  • Femmes et culture

La Grainerie

Fabrique des Arts du Cirque


http://www.la-grainer (...)


Mix’Art-Myrys

L’association Mix’Art Myrys a pour objet de générer un espace de rencontres, d’échanges, de confrontation accessible géographiquement et financièrement, entre artistes, toutes disciplines, tous niveaux de compétences, entre artistes et publics, entre publics.


http://www.mixart-myr (...)