Accueil du site > Couac’othèque > Dossiers / Archives > Avignon > Avignon 2006 > Témoignage d’une journée particulière... une de plus !?!




Enregistrer au format PDF
le 26/07/2006

Témoignage d'une journée particulière... une de plus !?!

Lundi 17 juillet, 13h, journée de grève, mal assumée





Lundi 17 juillet, 13h, journée de grève, mal assumée dans sa préparation par la CGT Spectacle (un texte commun en amont dont des bouts disparaissent comme par magie avant impression et étonnament peu tiré), mais pour laquelle environ 600 cultureux, précaires et public sont venus manifester. Slyper au micro. Il est mauvais et en même temps il fait ce qu’il peut. Discours syndicaliste, tjs trop corpo, de politique cuculturelle, slogans poussifs, de timides voix plus radicales tentent de se faire entendre, pas très convaincantes il faut avouer. Les médias sont là aussi, nombreux. Des stickers de No Pasaran (Revenu garanti, Qui sème la misère..., Police partout...) et de AC ! fléchent ça et là le parcours. Arrivée en masse dans la cour du Verger, derrière le monumental Palais des Papes. Entrée VIP-CRS. Bousculade, des consignes arrivent par talkie, on se calme... !

C’était sans compter sur l’ingéniosité des manifestants qui se saisissent des barrières pour les transformer en échelles et prendre d’assaut la garden-party où doivent avoir lieu les débats. RDDV est dans la place, nous aussi, au risque de se retrouver empallés sur les piques des grilles de la forteresse, mais que ne ferait-on pas pour se faire remarquer, d’un ministre qui plus est. Des tomates en guise de munitions, la charge est donnée, RDDV sous protection rapprochée file par une porte dérobée. Et une annulation, une ! Chaleur, satisfactions, temps mort.

21h : une bonne centaine de celles et ceux présent-e-s le midi reviennent peu à peu se coller aux grilles qui gardent l’entrée principale du Palais. Le public y fait déjà la queue pour assister dans une demi-heure aux « Barbares ». RDDV a prévu d’y finir sa « journée particulière » (intitulé fort à propos et néanmoins très officiel de ces rencontres). Rappel est fait au mégaphone que l’on est ici pour soutenir les 5 techniciens sur 7 de la Cour d’Honneur en grève ce soir. Acclamations nourries, un fumigène embrase la nuit tombante, et c’est reparti pour quelques slogans de lutte...

Le coup d’envoi est donné. Vérification des billets à l’entrée, sentiment d’impuissance, le public se déverse, nouvelle intervention au micro pour inviter les spectateurs à interpeler le ministre et lui dire que l’on souhaite son départ. On y croit à peine... Toutefois quelques personnes viennent chercher de l’agit-prop : « Moins de chômeurs, plus de pauvres », « Bosse et crève », « bosse et tais-toi ». Ca fait plaisir et ça déçoit, on se regarde, on se tâte, perplexe, on se sent quelque peu désemparé. Alors... un échange rapide, envie d’en découdre, ne pas (en) rester là, mais comment... ?! Une barrière, un appui, une première tentative isolée, ça ne suit pas à côté, qu’importe, le poids d’un corps et la répétition discrête de la charge. 2,3,4... 5ème poussée, ça lâche !, de la chance aussi, un raffistolage métallique qui casse, une faille, prise en main d’un bout, un grand mouvement pour une grande ouverture, par ici les artistes ! 2 secondes d’incrédulité, allez !, certains en activent d’autres, et tout le monde finit par suivre. Ils entreprennent alors de rabattre les 2 grosses portes du monument, on est quelqu’un-e-s à faire contrepoids, ça suffit, on rentre. Et nous revoilà comme en 2004 (2005 pour d’autres) sur cette scène toute noire tant convoitée, le décor impressionnant de ces vieilles pierres apparentes, et les gradins qui se remplissent, et déjà on donne à voir, à entendre presque aussitôt.

Alors des gens se lèvent, des mains claquent, échanges de sourires, soutiens, merci à eux ! Et c’est tout un parterre, au fond, devant, qui fait converger ses énergies, sa colère, sa hargne, sa joie aussi, et un peu de fierté sûrement d’être arrivés jusque là, sans compter que ça a toujours un côté instantané assez surréaliste.

Quelqu’un s’apprête à reprendre au méga les slogans, Slyper s’en approche, en faire de même, il faut. Tout d’abord le consensus indéniable pour exiger la non présence du ministre qui se prépare à entrer, un syndicaliste qui nous dit que l’on dit tous la même chose, on approuve et on lui renvoit que nous aurons à coeur à notre tour de (re)dire. Il intervient donc, il fait ce qu’il peut, comme d’hab. Puis le méga est fatigué, mais qu’importe, se faire entendre, les 2 mains en porte-voix et expliquer succintement l’intermittence de l’emploi, le chômage, la précarité, dénoncer un gouvernement idéologique, aux ordres du Medef, et dont un de ses représentants est aux alentours, terré dans les entrailles du Palais à attendre son heure. Revendications ovationnées, le public est debout, scande, une sorte de « triomphe » militant à ne pas bouder. D’autant que déjà un officiel s’approche de nous pour nous annoncer le résultat : Monsieur RDDV ne sera pas de (à) la fête ce soir ! Et un politique à la rue, un ! Nos engagements à nous seront tenus, place à présent aux « Barbares » (lumières à minima, strike oblige !).

Difficile alors de ne pas fanfaronner à la sortie sous le nez d’une certaine police du Sud de la France, dont le fachisme peut être frappant (Cannes 2004, i remember). Il est vrai qu’il n’y a peut-être pas d’indulgence à avoir avec la « dizaine d’anarchistes que nous étions, non intermittents de surcroît et qui voulaient aller au contact ». C’est en tous cas en ces termes que se serait exprimé l’entourage du ministre, relayé par TFHaine. Pour le reste des médias, ça continue à se focaliser sur deux annexes et un secteur culturel. Toujours décevant pour toutes celles et tous ceux qui voudraient entendre parler de précarité, de droits sociaux et d’alternatives concrètes pour nos vies. Qu’importe, ne boudons pas notre joie. Contents, nous étions.



  • Avignon 2012

  • Avignon 2006

  • Avignon 2007

  • Avignon 2008

  • Avignon 2009

  • Avignon 2013

33èmes rencontres de la Chartreuse

LE CALENDRIER DES RENCONTRES D’ÉTÉ DE LA CHARTREUSE (juillet - septembre 2006) + infos sur rencontre Anrat, Themaa...


http://www.chartreuse (...)


La région fait son cirque à Avignon

Pour la sixième année consécutive et dans le cadre du soutien qu’elle apporte aux compagnies de théâtre et de cirque de Midi-Pyrénées, la Région a décidé d’aider 22 compagnies régionales à assurer leur promotion au Festival off d’Avignon...


http://www.midipyrene (...)