Bonjour %%NOM%%, Cliquez ici si la lettre d'information ne s'affiche pas correctement
 
Couac  [Couac’encore] #1 Juin 2012 > lettre d'info à l'esprit de suite 

COUAC'A DIT [Edito]

2012 : l’ultime (ir)révérence du Couac ?

L’heure est grave mais il y a de l’espoir. Surtout ne pas vendre la peau du Couac avant de l’avoir tué... Prenons plutôt date : nous sommes le 15 juin 2012, et les partenaires publics (Ville, Communauté Urbaine, Département, Région, Direction régionale des affaires culturelles - Ministère de la Culture) qui ont validé depuis des années la pertinence d’une telle initiative, ne semblent pas prendre la mesure de sa disparition prévue et annoncée faute d’un financement public suffisant. L’argumentaire est en ligne, lisez-le, partagez-le. Notre appel à soutien se veut large. Placé sous l’égide d’Augusto Boal ("Nous sommes tous des acteurs : être citoyen, ce n’est pas vivre en société, c’est la changer"), il invite chacun à s’interroger et à se positionner sur les moyens dont nous (citoyens au sens large) disposons - ou qu’il nous faut trouver, gagner, arracher... - pour se donner quelques chances d’y parvenir... Cela prend du temps, cela doit s’inscrire dans le temps. Mais n’est-ce pas ça, l’histoire ?

Couac’encore, donc. Comme si nous n’avions pas fini de nous poser la question, et en nous rappelant comment, il y a 11 ans, nous placions déjà l’urgence (Couac = Collectif Urgence d’Acteurs Culturels) au coeur du principe actif du Collectif, nous nous engageons à revenir vers vous régulièrement et le plus longtemps possible, par le biais de cette lettre d’info qui sera aussi pour nous une manière de rendre compte de l’actualité politique et culturelle, d’ici ou de plus loin, là où ça résonne, là où ça dissone... Un feuilleton à rebondissements. Une sorte de missive programmée sur un compte à rebours inconnu, qui dira "je", "nous", qui s’adressera à "toi", à "vous", qui fera le pari, dans sa candeur et son culot tout à la fois que quelque chose d’important, de vivant, est tapi dans le pli des phrases, et dans ce que ces phrases disent de nos pensées et de nos actes. Que ça peut jaillir de n’importe où, à tout moment, par à coups, ou finalement, au bout du bout, ou pas du tout. A vous de nous lire/dire. Si tout a une fin, mieux vaut, comme dirait l’autre, mourir de son vivant !

NB / Nous vous donnons rendez-vous le 22 juin dès 18h à Mix’Art Myrys, pour une soirée de soutien, pleine d’énergie. D’ici là, nous vous invitons à signer, à en parler, à nous rejoindre...



COUAC’IL ARRIVE [L’actualité dissonnante]
INITIATIVE QUARTIERS POPULAIRES : REPRENDRE L’INITIATIVE !

Les 27 et 28 avril derniers, le Couac, avec un ensemble de citoyens, d’acteurs culturels, d’acteurs sociaux, a organisé le premier épisode de l’Initiative Quartiers Populaires dans les locaux de l’ancienne bibliothèque de la Reynerie à Toulouse. La qualité des débats et des interventions ainsi que la variété et le nombre de présents démontrent et confirment notre capacité et l’urgence de créer un espace pour qu’une parole politique, sociale et culturelle se formalise à partir d’une mobilisation citoyenne.



- Le communiqué qui fait suite à la manifestation
- La revue de presse "Quartiers Populaires" sur Scoop.it (à suivre)
- Rencontre/débat samedi 16 juin dans le cadre des rencontres Toucouleurs
CCAC (CONSEIL CONSULTATIF DES ARTS ET DE LA CULTURE) : LE COUAC EN SORT

Pendant deux ans, le Couac a été observateur extérieur du CCAC, instance de démocratie participative mise en place par la ville suite aux Assises de la Culture. Convaincu de l’intérêt d’un nouvel espace de débat sur la culture à Toulouse, même s’il est porté par la Ville, nous avons accompagné cette instance, et devant ses limites apparues assez vite, tenté d’apporter nos propositions constructives pour la faire évoluer. Si l’exercice démocratique est difficile (nous sommes bien placés pour le savoir) il nécessite des moyens qui soient à la hauteur des ambitions. Force est de constater qu’aujourd’hui, le compte n’y est pas. Le Couac a donc décidé d’en sortir.



- La page consacrée au CCAC sur notre site (documents officiels, bilans, etc...)
CONSEIL REGIONAL : DE NOUVEAUX DISPOSITIFS D’AIDE POUR LE SPECTACLE VIVANT... ET APRES ?

La commission Théâtres qui regroupe plusieurs compagnies et lieux de diffusion/résidence/création du Couac et du Synavi mène depuis quelques années un travail de réflexion sur le champ du spectacle vivant. En 2010, nos propositions ont été présentées à la Ville de Toulouse ainsi qu’au Conseil Régional Midi-Pyrénées, principaux interlocuteurs sur ce dossier. Récemment deux nouveaux dispositifs ont été lancés par la Région. L’un, de soutien aux résidences-associations, l’autre de soutien à la mobilité artistique hors Midi-Pyrénées (les deux concernent le spectacle vivant : théâtre, danse, arts de la rue, cirque, marionnettes, musique). S’ils reprennent un certain nombre des préconisations que nous avions pu établir, ces deux dispositifs sont encore loin de répondre aux besoins et enjeux que nous avions identifiés sur le territoire (à suivre...)



- La commission Théâtres présentée sur le site du Couac (Actualité, contexte, acteurs...)
- Le guide en ligne des interventions du Conseil Régional dans le domaine du Spectacle vivant et des arts plastiques
ACTU CULTURBULENTE [Les derniers articles référencés de la revue de presse]
Cher Gabi, Bordeaux te dit adieu... [Sud Ouest]

"Ma Planète" a eu la profonde tristesse, vendredi dernier, d’apprendre la disparition brutale de Gabi Farage, plasticien, architecte de formation, co-directeur du collectif artistique Bruit du frigo et co-fondateur de la Fabrique Pola, à Bordeaux. C’est inconcevable. Gabi nous a quittés, le 24 mai 2012. Il avait 41 ans. lire en ligne

La Maison Nougaro flottera sur l’eau [La Dépêche]

Le projet de la Maison Nougaro à l’écluse Saint-Pierre tombe à l’eau. Cécile Nougaro vient d’annoncer sa décision d’installer ce projet à bord d’une péniche. La Maison Nougaro flottera sur le canal. lire en ligne

Alain Brossat : « La culture est devenue un moyen de gouvernement parmi d’autres » [Article 11]

C’est une notion qu’on ne remet jamais en question, tant on est habitué à la considérer comme forcément positive. Et pourtant, la « culture », telle qu’elle est développée dans nos démocraties contemporaines, est loin d’être un instrument d’émancipation. C’est en tout cas l’opinion d’Alain Brossat, auteur du « Grand dégoût culturel ». Entretien. lire en ligne

Désabonnement : Cliquez ici pour vous désabonner